EUROPE

Les nouvelles en Europe sont suffisamment abondantes pour en faire une nouvelle page. Car dans le fond, la Commission de Bruxelles qui dirige l’Europe sans être élue, nous emmerde à un tel point que les pays veulent la quitter. Si on faisait un référendum dans chaque pays, on serait surpris par l’ampleur du désaveu de cette structure monstrueuse et protéiforme qui ne nous défend pas mais nous coûte une fortune!



Accord possible sur le Brexit selon Merguez !

Angela Merkel, dit la Merguez pour son amour fou des musulmans immigrés, semble donc avoir lâché du lest sur l’accord à propos du Brexit.

En effet elle a laissé entendre qu’un accord serait possible en 30 jours, accord qui ne comprendrait plus l’absence de frontière entre les deux Irlandes, le fameux « backstop ». 


Il s’agit la d’un étrange mélange de pragmatisme et d’économie.

Du côté pragmatique, elle a compris que Boris Johnson ne lâcherait pas et était prêt au Brexit sans accord.

Du côté économique elle se trouve coincée : le Royaume Uni qui devait s’écrouler économiquement ne s’écroule pas. Pire encore, c’est l’Allemagne qui risque la récession. Et pour faire bon poids, la Bundesbank vient de déclarer que les mauvaises exportations de l’industrie allemande sont dues à l’absence d’accord sur le Brexit.


Mais il ne faut pas que Boris Johnson chante victoire trop tôt, et je suis persuadé qu’il le sait, en fin politicien et historien qu’il est.

Car la Merguez, en bonne boche qu’elle est, porte dans son ADN un étrange mélange de Nazisme et de Stalinisme c’est-à-dire qu’elle est le faux-cul idéal ! En effet, elle peut se dédire à la première occasion en prétextant que c’est Boris Johnson qui n’a pas compris.

Alors attention BoJo !


La rencontre de BoJo aujourd’hui avec le pantin de l’Elysée va de toute façon être un plaisir pour lui ! Car comme Merguez il sait que c’est un pantin et que le meilleur moyen de l’utiliser est de l’agiter…comme un pantin. 

Alors je m’attends plutôt à une des élucubrations de Bojo comme lui seul à l’art de les faire, pitrerie qui amusera le pantin et sa presse de merdias aux ordres en leur faisant croire que c’est un con ! 


Rira bien qui rira le dernier !

Vous voulez commenter?
Allez-y!

Boris Johnson repositionne le Royaume Uni
sur la scène mondiale

La détermination de Mr Johnson de repositionner le Royaume Uni sur la scène mondiale après les années molles de Madame May se voit dans la stature de ses ministres. 


Une des dernières décisions comme Premier Ministre de Mme May a été de refuser l’offre américaine de support militaire pour protéger les navires battant pavillon Britannique naviguant dans le Golfe Persique ce qui a résulté dans l’arraisonnement illégal par les Gardes Révolutionnaires iraniens d’un pétrolier battant pavillon Britannique dans le détroit d’Ormuz puis de garder son équipage prisonnier dans le port iranien de Bandar Abbas.


Avec ses ministres de haut calibre aux places les plus élevées de son gouvernement Mr Johnson a maintenant une opportunité de premier choix pour faire renaitre la Grande Bretagne dans le monde.

Sa relation proche et préférée avec les Etats Unis sera un facteur de dynamisme britannique. D’ailleurs, la réponse ne s’est pas faite attendre puisque la Marine Royale Britannique a reçu l’ordre de protéger les navires britanniques dans cette région du Moyen-Orient.


La nomination de Boris Johnson comme Premier Ministre présente une chance radicale d’amélioration des rapports entre Londres et Washington après la froideur de celle de Mme May.  

Alors qu’en public Mme May semblait offrir un support pour Donald Trump, la réalité était toute autre car Mme May ne comprenait pas l’approche radicale de Trump à l’international


Cette différence d’approche entre les deux leaders était criante dans l’échec de Mme May de suivre l’avis de Trump en ce qui concernait les négociations difficiles sur le Brexit avec l’Europe de Bruxelles.

Mr Trump suggérait une approche beaucoup plus agressive pour le Royaume Uni, suggérant même à un certain stade que le Royaume Uni devrait trainer l’Europe au tribunal pour montrer la force de ses intentions.


Cet avis était entièrement contraire à l’esprit de Mme May comme étant un acte de prévarication et de confusion et qui ne collait pas à son désir d’éviter la confrontation avec Bruxelles à tout prix.

Ceci a résulté dans la maltraitance du dossier par Bruxelles qui voulait imposer ses désirs. L’agrément qui en a découlé a été tellement inacceptable au Parlement Britannique qu’il a été rejeté plusieurs fois avant de provoquer la chute de Mme May et de son gouvernement. 


Cet échec cuisant a provoqué l’attitude négative de Mme May envers l’offre généreuse de protection des Américains et l’arraisonnement du pétrolier par l’Iran.  

Le raisonnement de Mme May de ne pas accepter l’offre américaine était aussi de ne pas risquer d’indisposer la France et l’Allemagne qui pensent toujours pouvoir sauver le mauvais deal d’Obama avec l’Iran.


De fait, la réalité de la dégradation des relations entre l’Amérique et la Grande Bretagne a éclaté au plein jour avec la révélation des courriers diplomatiques injurieux de l’Ambassadeur Britannique aux Etats Unis, Kim Darroch.

Il y décrivait Trump comme dysfonctionnel et caractérisait sa décision de se retirer du deal Iranien comme un acte de « vandalisme diplomatique » dans la seule intention de détruire l’héritage d’Obama.


Maintenant que Boris Johnson est devenu triomphalement le Premier Ministre il y a des raisons de croire que les relations transatlantiques entre Washington et Londres s’amélioreront de façon spectaculaire surtout si on considère l’alchimie entre Trump et Johnson. Mr Trump a déjà clamé son admiration pour Mr Johnson en public, notant que « on l’appelle le Trump Britannique ».

De plus, Mr Johnson a déjà révélé sa détermination de changer radicalement l’approche Britannique dans les relations internationales en annonçant une révision de fond en comble du personnel diplomatique dans les positions clés.


Dans ce que les commentateurs londoniens appellent le « massacre de l’été », un total de 17 ministres de premier plan ont été soit virés soit ont donnés leur démission.

Ceux-ci incluent Jeremy Hunt, le ministre des Affaires Etrangères de Mme May, qui avait rejeté l’offre de protection américaine en prétextant la fable de l’établissement d’une « Mission Maritime Européenne » de protection. Vu que seules la France et le Royaume Uni ont des forces navales dignes de ce nom pour une telle tâche, sa proposition ne pouvait être que mort-née.  

La détermination de Mr Johnson de faire remonter le Royaume Uni dans les affaires internationales après la mollesse de Mme May est visible dans le calibre de ses nouveaux ministres surtout en ce qui concerne le monde extérieur. 


Ceux-ci incluent Dominic Raab, le nouveau ministre des Affaires Etrangères qui a une grande expérience sur la poursuite des criminels de guerre et les négociations entre les arabes et Israël.

Ben Wallace, le nouveau ministre de la Défense, est un ancien officier de l’armée britannique qui a l’habitude des groupes terroristes islamiques tels que le Hezbollah.


Ainsi, avec des ministres de ce calibre dans les positions clés du nouveau gouvernement Britannique, Mr Johnson a une opportunité en or de faire remonter le Royaume Uni dans les affaires internationales et son rapprochement avec les Etats Unis sera un des piliers de cette approche dynamique de la Grande Bretagne.


Vous voulez commenter?
Allez-y!

Faites votre commentaire

[ ? ]

Vous pouvez rajouter des photos (optionel)[ ? ]

 

Click here to upload more images (optional)

Author Information (optional)

To receive credit as the author, enter your information below.

(first or full name)

(e.g., City, State, Country)

Submit Your Contribution

  •  submission guidelines.


(You can preview and edit on the next page)